Fort Worth, Texas

par | 31 Jan 2020 | Voyage | 0 commentaires

Fort Worth, Texas. Bienvenue à Cow Town.

En 2019, je suis allé deux fois au Texas. Deux fois où je suis resté à Fort Worth, la bien surnommée Cow Town.

La première fois, Fort Worth était une des escales de mon voyage touristique. Cette grande ville distante d’à peine 50 kilomètres de Dallas n’a rien à voir avec sa voisine. Et si Fort Worth m’a tant attirée et est le sujet aujourd’hui de mon article, c’est à cause de son quartier historique : les stockyards de Fort Worth.

Au 19ième siècle, Fort Worth était la plaque tournante du bétail au Texas. A partir 1866, les 40 hectares du quartier étaient destinés à la vente d’animaux. Cette activité a été boostée par l’arrivée du chemin de fer en 1876 directement jusqu’au marché de bétail. En 1907, les stockyards vendaient un million de vaches par an ! Fort Worth est restée une place importante dans l’industrie de la viande jusqu’en 1950 et on peut toujours voir dans le district les enclos pour animaux et les rails du chemin de fer qui amenaient directement le bétail.

Le Cowtown Colliseum

Les stockyards sont aujourd’hui un district historique où vagabondent touristes et amateurs de rodéo. Le quartier renferme en effet le fameux le Cowtown Colliseum où se déroule en intérieur et toutes les semaines un championnat de Rodéo. Ce fut d’ailleurs mon tout premier rodéo en chair et en os (sans compter la sueur et le sable). Epreuves de roping (attraper au lasso une vache à cheval), barrel racing (course autour de tonneau à cheval), mais aussi le rodéo de taureau (rester 8 sec sur une montagne de muscles…), tout y est passé. Impressionnant ! Bien plus que le taureau mécanique testé par mon fils à l’extérieur du colisée.

Les enclos du Stockyards

Les Stockyards c’est un symbole du passé, une tranche d’histoire avec son musée, ses statues, son rodéo et la célèbre sortie quotidienne des vaches longhorns menées par des cowboys en pleine ville. Le tout entouré de bars, de steakhouses et de boutiques pour touristes. Parfois sur les berges avoisinantes on peut avoir le droit à une course de barrel, comme ce fut le cas lors de ma deuxième venue. Bref ça respire les traditions du XIXe sur fond de crottin, le tout devant la foule des touristes.

Stockyards

Cowtown reste un emblème du bétail. C’est tout naturellement que s’y déroulent chaque année les futurity de cutting. Pendant plus de 3 semaines, toute la journée, le Will Roger Memorial Center accueille les épreuves de cutting de la NCHA. Et vous l’aurez deviné, c’est ce qui a motivé mon deuxième voyage au Texas début décembre !

Les futurity de cutting sont un concours pour les jeunes chevaux pour déterminer le meilleur « trieur » de vache. Non je ne parle pas du cavalier. Ce qui compte là c’est bien le cheval. Quel athlète équin est le plus performant pour isoler une vache d’un troupeau et l’empêcher de rejoindre ses compagnons (la compétition ne mesure que celà, le cowboy de ranch lui le fait pour pouvoir examiner, soigner ou marquer une vache). Si vous voulez en savoir plus sur le cutting, cette compétition où les meilleurs chevaux peuvent se vendent à plus de 200.000 dollars, vous pouvez lire mon article Cow work #0 : le cutting.

Les Futurity 2019 à 18/19h en semaine

Pour donner une idée de l’importance culturel et historique du travail du bétail à Fort Worth, il suffit de sortir du Will Roger Memorial est de regarder autour de soi. A côté, vous trouverez le musée des cowgirls, le musée des sciences, le musée d’histoire et un centre d’Arts, le musée des Arts, et aussi celui des Arts modernes. En bref, l’immense Will Roger (plusieurs arènes pour la compétition et de nombreux halls) est au coeur du quartier culturel. Et le fameux journal Western Horseman (allez sur leur site si vous aimez l’équitation western) est à seulement 1 mile de la mecque du cutting.

Une tenue au cowgirl museum

Amoureux du cheval ou de la culture western, Fort Worth doit faire partie de vos destinations. Et si vous voulez un conseil, allez manger au Cattleman’s steal house pour finir de vous imprégner des Stockyards.

De son côté, Louise découvrira le Fort Worth du XIXe siècle dans le troisième tome de l’Aventure au galop.

Archives

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Nicolas Delalondre

Auteur auto-édité, aimant la science-fiction et la vie de cowboy.

Vous aimerez peut-être…

Coronavirus : de l’accès aux chevaux

Coronavirus : de l’accès aux chevaux

Le coronavirus a un impact dramatique sur la filière équine, ses différents acteurs et son public. Dans un milieu qui frôle souvent la survie en temps normal, il faut faire avec une perte de rentrée d'argent et des charges toujours égales. Là où le déficit d'un...

L’aventure au galop à gagner en numérique !

L’aventure au galop à gagner en numérique !

Pour s'occuper pendant cette période de confinement, j'ai décidé de vous faire gagner le tome 2 de l'Aventure au galop au format numérique. En effet depuis quelques jours sur Facebook, les 20 premiers à s'inscrire (marquer son nom) sur le post dédié, recevrons...

Ebook contre Papier : mon retour d’expérience

Ebook contre Papier : mon retour d’expérience

Le fameux débat ebook contre papier déchaîne toujours les passions. Surtout en France, pays profondément attaché à la littérature. Mais le confinement serait-il entrain de rebattre les cartes ? Faute de pouvoir se déplacer, évitant les livraisons, les français se...

0 commentaires

Laisser un commentaire

ut Praesent elit. Nullam pulvinar vulputate, velit, id ultricies facilisis
%d blogueurs aiment cette page :