Publication, livres et confinement

par | 22 Mar 2020 | Auto-édition | 0 commentaires

Alors que l’épidémie bat son plein et que le confinement est de mise, la diffusion de mes livres en prend un coup. Je ne pense pas être le seul.

Bien sûr il y a la fermeture des librairies physiques. Un désastre économique qui laisse le champ libre à Amazon (qui, lui, va réaliser de très bons chiffres de vente). Bon, même si cela m’attriste et laisse présager un avenir sombre pour les libraires, avouons que les auto-édités y sont très (très) peu représentés (amis libraires et bibliothécaires, il sera peut-être temps de changer votre regard sur les auto-édités ?).

Auteur sans contact

Mais c’est surtout la fermeture des salons, des possibilités de rencontres et dédicaces qui sont impactant. Non pas que je demande que cela se poursuivre : restez chez vous, c’est pour votre bien ! Mais c’est un simple constat: nous dépendons de ces contacts. Surtout dans mon secteur, celui des ado voire parents d’ado (car je vends largement plus de livres physiques qu’électroniques).

Pas de contact, c’est pas de lien, pas de bouche à oreille… Et finalement un livre comme une goutte d’eau perdue dans un océan d’ouvrages (dont la masse de livres de maison d’édition promus à grand coup de campagnes marketing).

Les offres gratuites, une bonne idée ?

Côté ebook, et contenu numérique, il y a en ce moment une course effrénée aux offres gratuites. Moyen bien connu, pour les plateformes, d’attirer du trafic et des nouveaux futurs clients (ou des données de marketing sur la clientèle)… Je ne suis pas certain que cela profite aux auteurs. Déjà que les ebooks sont à un prix très bas (enfin ceux des auteurs auto-édités comme moi, pas les arnaques de certains éditeurs mettant papier et ebook quasiment au même prix) , ça n’incite pas le lecteur à se dire que, si, derrière le livre il y a du travail (des mois) et qu’un travail mérite salaire.

Profitons du numérique, sans même Amazon

Peu importe, lorsqu’on est auto-édité, on fait fi des embûches sur notre chemin (personne d’autre pour le faire à notre place) et on croit en l’avenir. Cette période, c’est peut-être l’occasion de tester le livre numérique. Vous savez, ce format décrié par les éditeurs en France (apeurés de perdre leur business classique), à grand renfort de « mais j’aime toucher et tourner les pages, sentir l’odeur du livre, etc… ». Et bien aujourd’hui, où il faut un peu moins toucher à tout (monnaie qu’on vous rend, poignée de porte…), voici un format intéressant qui évitera à un livreur de se déplacer. Et devinez quoi ? Vous n’êtes même pas obligé de nourrir l’ogre Amazon 🙂

3 possibilités parmi d’autres pour mes ouvrages:

Tous mes livres : bibliographie.

« Ce roman mêlant voyage dans le temps, aventures et équitation m’a subjugué et m’a fait pensé à un mélange d’Outlander, d’Heartland et de films Western. »

Lectrice

Archives

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Nicolas Delalondre

Auteur auto-édité, aimant la science-fiction et la vie de cowboy.

Vous aimerez peut-être…

Coronavirus : de l’accès aux chevaux

Coronavirus : de l’accès aux chevaux

Le coronavirus a un impact dramatique sur la filière équine, ses différents acteurs et son public. Dans un milieu qui frôle souvent la survie en temps normal, il faut faire avec une perte de rentrée d'argent et des charges toujours égales. Là où le déficit d'un...

L’aventure au galop à gagner en numérique !

L’aventure au galop à gagner en numérique !

Pour s'occuper pendant cette période de confinement, j'ai décidé de vous faire gagner le tome 2 de l'Aventure au galop au format numérique. En effet depuis quelques jours sur Facebook, les 20 premiers à s'inscrire (marquer son nom) sur le post dédié, recevrons...

Ebook contre Papier : mon retour d’expérience

Ebook contre Papier : mon retour d’expérience

Le fameux débat ebook contre papier déchaîne toujours les passions. Surtout en France, pays profondément attaché à la littérature. Mais le confinement serait-il entrain de rebattre les cartes ? Faute de pouvoir se déplacer, évitant les livraisons, les français se...

0 commentaires

Laisser un commentaire

venenatis, commodo eget felis libero. et, id quis, sem, id,
%d blogueurs aiment cette page :